PMA, pensées positives et leurs contraires

En commençant la PMA, une foultitude de choses sont revenus à mon esprit. Des choses enfouis, il y a quelques années quand la grossesse ne venait pas, des pensées positives, des rêves de pouponnage, des espoirs de petites patounes courant partout.

Depuis, j’ai repensé à notre appartement, comment accueillir un nourrisson dans cet espace ouvert avec nos séances ciné/séries pendant qu’il ferait un bon dodo sans pour autant sacrifier le son, j’ai envie de déménager, prendre enfin cette maison dont on rêve tant, offrir une vraie chambre à notre demi nous. Sommes-nous réellement prêts à devenir parent ?

Et puis après le transfert de l’embryon (1 seul pour moi, 1ère tentative et âge oblige), c’est l’attente.
Beaucoup de mères disent qu’elles ont ressenties être enceinte avant même le 1er test de grossesse, le ressentir ? What ? A quel moment ? Quelle sensation ? Est-ce que ce n’est pas psychologique tout ça ?

On y pense chaque jour, pas toute la journée mais tous les jours un peu. Chaque matin, je me lèvais et je me disais « allez encore tant de jour ! », « plus que … jours ». L’attente est longue bien qu’elle ne représente qu’une dizaine de jours au final.

Au quotidien, c’est comme être attentive au moindre signe, moindre douleur, moindre signe de nidation, … Je suis consciente que certaines femmes le ressentent d’autres non. Au milieu de tout cela, j’avais pourtant l’impression d’avoir quelques douleurs dans le bas ventre ou au niveau des seins, des piques, … et puis là, retour à la question est ce que ce n’est pas mon imagination ou mon esprit qui s’enflamme pour un rien ? des sensations qui pourraient être habituelles mais qui là se transforment en espoir.

Mon cœur criait que cette fois ci c’est la bonne et ma raison me demandait d’arrêter de m’enflammer.

Cette phase, je pense que toute femme qui veut un enfant la traverse. L’espoir et la déception se confronte au quotidien.

C’est dur et communiquer toutes ses angoisses, impossible. A qui ? à personne car après tout qui pourrait comprendre ? En tout cas, autour de moi, personne ne pouvait comprendre. Les encouragements, les « t’inquiète, ton tour va venir », je les ai trop entendus pour aujourd’hui avoir la patience et la capacité de les entendre à nouveau à ce stade. J’avais juste envie de pouvoir avancer dans le temps et être au jour de la prise de sang et être confronter enfin à la réalité du résultat.

Alors, on attend et l’échec fout une trouille dingues. Comment passer outre, et continuer à vivre avec, encore une fois si le résultat était négatif ? Réellement, il y a un nombre précis de protocole pris en charge par la sécurité sociale mais combien de temps peut t on humainement supporter tout cela. A quel moment dépassons-nous tout cela pour apprendre à vivre et vivre une vie sans enfant ? Comment traverser cela sans briser son couple ? Sans en vouloir à l’autre ? Et arrêter de pleurer à chaque annonce de grossesse ?

Et puis, vient le jour fatidique.

Et là, c’est flipper comme une malade la veille de la prise de sang, avoir mal au ventre de stress, avoir envie de pleurer et se poser des tas de questions existentielles.

C’est différent que de faire un test de grossesse et attendre le plus ou le moins en quelques secondes. J’ai appris la réponse de l’infirmière qui nous a suivi durant ces derniers 6 mois. Mon cœur a bien failli s’arrêter quand j’ai vu son numéro s’afficher et j’ai clairement loupé des battements au moment de l’annonce du résultat.

POSITIF

Ce seul mot a chamboulé ma vie.

Et puis, c’est d’un coup, avoir peur du bonheur après les épreuves traversées, se dire que le chemin est encore long et flipper des prochaines prises de sang, des semaines à venir, de la fausse couche, c’est se dire « et si les prochains résultats sont mauvais ? » « et si tout ne se passe pas bien ? ».

 

Et c’est retrouver un véritable espoir, redonner du souffle à sa vie, croire en un avenir meilleur.

 
C’est finalement ne pas réaliser ce qui se passe.

 

 

12_NeufMoisEtMoi_MamanPourDecembre
Source : Laboratoire Gallia

Publicités

2 réflexions sur “PMA, pensées positives et leurs contraires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s